Compte-rendu : « Qu’en est-il de la démocratie ? » Forum Belge Francophone des Sciences Sociales (Charleroi, 15 décembre 2016)

15541269_1171838189529912_6682691492950050965_n Le 15 décembre dernier avait lieu le 1er Forum Belge Francophone des Sciences Sociales, au CEME de Charleroi. Les organisateurs – l’Abfsa(Association Belge Francophone de Sociologie et Anthropologie) et l’Université Ouverte – avait choisi pour thème : « Qu’en est-il de la démocratie ? »
Le Forum mélange un « salon » (Foire aux initiatives, Foire aux chercheur-e-s), des conférences plénières (Michel Wieviorka sur « les frontières de la démocratie », Julien Charles sur « La participation démocratique à l’épreuve du travail ») et des ateliers thématiques (éducation, gouvernance, action collective). Plusieurs moments de pause étaient prévus pour que les participants (plus de 200) puissent s’attarder aux stands et que les associations (25) puissent assister aux conférences.
Une journée dense mais agréable et bien organisée, avec un très bon dialogue entre le secteur associatif et le milieu universitaire. Synergie Wallonie y tenait un stand, consacré aux « politiques temporelles », à savoir la prise en compte formelle et globale des temporalités, des rythmes de vie des citoyen-ne-s, de la conciliation/articulation des temps dans l’action publique ; une telle approche mettant en avant la qualité de vie des individus et des considérations très concrètes (qui n’est pas obnubilé par le temps ? qui n’a pas l’impression d’en manquer ou qu’il soit souvent une contrainte puissante ?) tout en soutenant une politique de gendermainstreaming. Plus d’infos et de publications très bientôt dans la rubrique « Politiques temporelles » 

15541329_1171839446196453_6202113554390085385_n

J’ai assisté aux deux ateliers sur « l’action collective », encadrés par Isabelle Ferreras (UCL) et consacrés aux interventions des associations Dakira ASBLTout Autre ChoseActeurs des temps présentsGarance AsbelleMigrations et Luttes Sociales et Community Land Trust Bxl.
Il en est, entre autres, ressorti qu’en tant qu’initiative citoyenne, il n’est pas évident de se faire entendre par les responsables politiques et administratifs. Pourtant, « notre horizon victorieux, c’est déjà de nommer les choses, autrement dit d’être pris en compte, que ça existe, que ça prenne une dimension politique qui concerne tout le monde » (Myriem Amrani, Dakira). Isabelle Ferreras a également insisté sur le fait que « le socle, le fondement de la démocratie, ça doit être l’égalité. C’est d’ailleurs le 1er article de la Déclaration des Droits de l’homme. Or, la démocratie néolibérale dont laquelle nous vivons n’est pas fondée sur l’égalité ». Par ailleurs, les échanges étaient vraiment très intéressants entre universitaires (Mathieu Berger notamment) et représentants du secteur associatif, dont certains portent ou ont également porté la casquette d’universitaire. La collaboration entre les deux, paraissant essentielle, ne va pourtant pas toujours de soi.

Outre le fait qu’il s’agisse de notre centre d’intérêt en tant qu’association féministe, j’ai regretté le peu d’intérêt formel pour la thématique de l’égalité F/H. Delphine Moujahid a présenté les activités de Garance et représentait la seule intervention « féministe » de la journée, tandis que Synergie Wallonie était le seul stand « féministe » du Forum ; une brochure sur le sujet était néanmoins disponible au stand du CEPAG, qui y présentait sa campagne #4J.
N’est-il pas « objectivement » important de prendre réellement cela en considération, quasiment comme une priorité, dans un événement de ce type réfléchissant à la démocratie et à son avenir ?
Nous ne doutons pas des intentions des organisateurs (notons tout de même la mention de « Foire aux chercheur-e-s »), dont Bernard Fusulier avec qui nous collaborons déjà dans nos actions, mais un rapide coup d’œil au programme illustre le fait que la question du genre passe quelque peu à la trappe, au-delà du contenu :
– Intervenant(e)s dans les ateliers : 11 femmes pour 10 hommes (pas mal pour le coup)
– Discutant(e)s : 0 femme pour 3 hommes
– Président(e)s de séances : 1 femme pour 5 hommes
– Conférenciers : 0 femme pour 2 hommes
– « Grands témoins » : 1 femme pour 2 hommes (Isabelle Ferreras ayant remplacé au pied levé…un autre homme, ce qui aurait fait 0 et 3)

15621778_1171839449529786_7883406106788624891_n

Isabelle Ferreras a mentionné ce point lorsque les « grands témoins » sont venus rapporter au public le contenu des différents ateliers : elle a signalé avoir hésité un instant à accepter d’être la « remplaçante » avant de répondre favorablement et de participer (avec brio) à ce qui reste cependant une très belle journée d’échanges consacrés à la démocratie et aux sciences sociales. Elle a rappelé que l’égalité doit être le fondement de la démocratie, et qu’il est important que la moitié de la population soit suffisamment représentée dans ce genre d’événement.
Autrement dit, il serait bienvenu que les évènements liés à la démocratie, la citoyenneté, la participation, le renouveau de l’action publique, etc., n’oublient pas que les femmes et les hommes ne partent pas sur un même pied d’égalité dans la société…

Cela sera peut-être le cas dans deux ans, lors de la probable seconde édition de cet intéressant Forum, auquel nous ne manquerons pas de participer et d’apporter notre soutien.
Que celles et ceux qui étaient présents n’hésitent pas à rendre compte de leurs impressions également ! Les miennes ne sont que partielles…et un peu partiales.

Baptiste Dethier, pour Synergie Wallonie

 

UPDATE : Dominique Cabiaux, administrateur délégué de l’Université Ouverte, nous a contacté quelques jours après notre post sur Facebook, signalant qu’ils s’étaient montrés sensibles à la question du genre : « Nous allons modifier l’approche pour la deuxième édition et vous serez contactés au moment de démarrer le processus d’organisation. Un grand merci d’avoir attiré notre attention, de façon constructive et en indiquant que ce forum contenait de nombreux points très positifs par ailleurs. » Cela fait évidemment plaisir d’avoir au moins été entendu/lu et de recevoir un retour des partenaires du Forum sur ce sujet. Synergie Wallonie se montrera évidemment disponible pour toute réflexion concernant le genre. La suite au prochain épisode !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Visit Us On Facebook