Exposition « Blessures de Femmes » au PFWB

25 novembre 2022
j

publié par: Synergie Wallonie

Commentaires

Exposition « Blessures de Femmes » au PFWB

En ce 25 novembre, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes, l’exposition « Blessures de Femmes » s’invite au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles jusqu’au 6 décembre 2022.

L’exposition est l’œuvre de Catherine Cabrol, photographe française et fondatrice de l’association Libre Vue qui s’est engagée activement dans la lutte contre les violences faites aux femmes suite au meurtre de son amie, Marie Trintignant, par son compagnon.

Ce projet né d’une collaboration avec le Conseil des Femmes Francophones de Belgique (CFFB) met en lumière dix-neuf femmes de tous âges, de toutes origines vivant en Belgique qui ont accepté d’évoquer à visage découvert les agressions qu’elles ont subies.

Les porteuses de projet accompagnées de certaines femmes ayant témoigné.

Source: site du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Informations pratiques

Date et horaire : exposition accessible du 17 novembre au 6 décembre 2022.

Adresse : Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Hôtel de Ligne – 72, rue Royale – 1000 Bruxelles.

Accès libre – Carte d’identité demandée pour accéder au bâtiment.

Rejoignez-nous sur

Catégories

Articles dans la même catégorie

Le CIO met en garde l’Afghanistan, mais garde le silence sur l’Iran

Le CIO met en garde l’Afghanistan, mais garde le silence sur l’Iran

Le 6 décembre 2022, le Comité International Olympique (CIO) met en garde CNO d’Afghanistan et soumet sa participation à des conditions strictes, mais conservées le silence sur l’Iran.

La revue « Les Sportives » font état de cette info et de cette prise de décision, mais ne mentionne pas nos prises de position. 

Voici donc un extrait de la lettre envoyée à Les Sportives.

Irène Kaufer : un hommage

Irène Kaufer : un hommage

Irène Kaufer, 72 ans, est décédée.
Le monde féministe est en deuil d’une de ses plus célèbres militantes. D’origine juive polonaise, Irène est arrivée en Belgique en 1958.
Après des études de psychologie à l’ULB, elle se lance dans le combat syndical et la lutte pour l’égalité des genres.

0 Commentaires

0 commentaires