Droits des femmes et précarité menstruelle : la Wallonie s’engage dans la distribution de protections hygiéniques à grande échelle

10 mars 2022
j

publié par: Synergie Wallonie

Commentaires

Droits des femmes et précarité menstruelle : la Wallonie s’engage dans la distribution de protections hygiéniques à grande échelle

Communiqué de presse

La précarité menstruelle reste aujourd’hui un tabou et une réalité pour de nombreuses filles et femmes. Pour faire face aux dépenses liées aux menstruations, une femme doit en moyenne dépenser entre 10 et 12 euros par mois, soit un budget d’environ 120 à 144 euros par an. Pour nombre de femmes ou de familles plus fragilisées, cela signifie parfois de choisir entre le besoin de protections hygiéniques et leurs besoins alimentaires, soit deux besoins de première nécessité. Les personnes les plus concernées sont notamment des étudiantes, des mères à la tête d’une famille monoparentale ou encore des femmes sans domicile fixe, etc.

Cette réalité, renforcée par le contexte culturel tabou qui entoure encore les menstruations, peut aussi impacter leur vie sociale et leur santé :risques sanitaires causés par la fabrication artisanale des protections périodiques (avec des chaussettes, essuie-tout, chiffons ou encore des journaux), risque d’exclusion sociale lorsque l’on est amenée à s’éloigner de l’école ou du travail en période de menstruation, honte du manque d’argent, etc.

A l’aube de ce 8 mars, Journée internationale des Droits des femmes, dans le cadre du plan de lutte contre la pauvreté et du plan égalité femmes-hommes de la Wallonie, la Vice-Présidente et Ministre wallonne des Droits des femmes, Christie Morreale, a donc décidé d’agir structurellement sur cette problématique de la précarité menstruelle.

En articulation avec les associations des droits des femmes Synergie Wallonie et les Femmes Prévoyantes Socialistes (FPS), un vaste projet pilote de lutte contre la précarité menstruelle vient d’être lancé en Wallonie.

Concrètement et grâce à une subvention de 440.000 euros ;

  • Dès début avril, 2,5 millions de protections périodiques seront mises à disposition de femmes en situation de précarité dans les Provinces de Liège, de Namur et du Hainaut. Pour ce faire, un opérateur « coordinateur » a été désigné dans chaque Province. 1 million de protection seront distribuées sur les Provinces de Liège et du Hainaut et 500.000 sur la Province de Namur. Les lieux de distribution, en cours de finalisation, seront essentiellement des espaces accueillant des publics fragilisés tels que les foyers d’hébergement, les maisons médicales, les centres de planning familial ou encore les lieux d’accueil d’urgence et les abris de nuit, etc.
  • Courant avril, quelques dizaines de distributeurs et de serviettes hygiéniques seront également déployés dans la plupart des endroits de distribution identifiés.
  • Un dépliant informatif sur la santé menstruelle accompagnera également les distributions prévues et les différentes actions de sensibilisation.

Cette nécessité d’action sur la précarité menstruelle en Wallonie a par ailleurs été pointée par les résultats d’une enquête effectuée, entre juin et décembre 2021, par l’asbl Synergie Wallonie.

Pour les 51 organisations de terrain sondées par l’association, il est en effet apparu que 64% d’entre elles ont identifié des besoins en termes de produits menstruels et que 61% ne répondaient pas aux demandes de leur public cible. Quant aux 4133 répondantes interrogées, 3 sur 10 ont exprimé avoir régulièrement des difficultés financières liées à l’achat de leurs protections périodiques, 63 % seraient soulagées de recevoir des produits périodiques gratuits et 28% ont déjà utilisé autre chose que des protections hygiéniques pour se protéger.

« Grâce à cette première action d’envergure en Wallonie et dans notre pays en termes de rayonnement, un premier pas significatif pour prendre à bras le corps le phénomène de précarité menstruelle, de manière structurée, est aujourd’hui posé. Au-delà de ce projet pilote qui démarre et qui j’espère pourra s’étendre et se pérenniser, nous allons également travailler pour renforcer la sensibilisation et l’éducation vis-à-vis de cette thématique », précise la Ministre Morreale.

Rejoignez-nous sur

Catégories

Articles dans la même catégorie

Sanctionner la République islamique d’Iran à travers le sport !

Sanctionner la République islamique d’Iran à travers le sport !

La première exigence du COLLECTIF PARIS 2024 à l’adresse du CIO a été de demander l’exclusion de la République islamique d’Iran des compétitions internationales en rappelant que l’Afrique du Sud l’avait été pendant 30 ans pour cause de « crime » d’apartheid racial, qualification retenue par les Nations-Unies.

Il est temps que le monde du sport et les Nations-Unies réalisent comme le précise la Résolution du 6 octobre du Parlement Européen, que la discrimination des femmes en Iran est « systématique » et que « le port obligatoire du hijab est devenu un instrument de répression des femmes, qui sont privées de leur liberté et de leurs droits en Iran; que les femmes qui sont vues en public sans foulard sont fréquemment harcelées, emprisonnées, torturées, flagellées et même tuées pour avoir défié ces lois répressive » [2].
Le 6 octobre 2022, le Parlement Européen a adopté une « Résolution sur la mort de Mahsa Jina Amini et la répression des manifestants pour les droits des femmes en Iran » qui a suivi cet événement. (2022/2849(RSP)) 

Le Parlement Européen réagit à la mort de Mahsa Jina Amini

Le Parlement Européen réagit à la mort de Mahsa Jina Amini

Le Parlement de l’UE condamne la discrimination « systématique » des femmes en Iran et les responsabilités de la République Islamique d’Iran ; il demande de mettre un terme à la « discrimination systémique à l’encontre des femmes dans tous les domaines ».

Le 6 octobre 2022, le Parlement Européen a adopté une « Résolution sur la mort de Mahsa Jina Amini et la répression des manifestants pour les droits des femmes en Iran » qui a suivi cet événement. (2022/2849(RSP)) 

La lutte contre les violences sexuelles reste une priorité

La lutte contre les violences sexuelles reste une priorité

Le gouvernement a donné son feu vert pour le renforcement de la prise en charge des victimes de violences sexuelles, malgré un contexte budgétaire étriqué. Sarah Schlitz, secrétaire d’État à l’Égalité des genres, a déposé une note qui propose la création en 2024 de 4 centres de prise en charge des violences sexuelles (CPVS) à Mons, à Eupen, dans le Brabant wallon et dans l’arrondissement de Hal-Vilvorde, en plus des 10 CPVS actuels, dont 3 sont en cours de réalisation.

0 Commentaires

0 commentaires